Luz Long : un conseil qui vaut de l’or

[tweetmeme source=”portraitssport” only_single=false]

En 1936, lors du concours de saut en longueur des Jeux Olympiques de Berlin, l’Allemand Luz Long a marqué l’histoire des Jeux Olympiques par un geste de fair-play envers l’Américain Jesse Owens.


Ces Jeux Olympique de 1936 à Berlin ont fait l’objet d’une récupération politique par le régime nazi. Adolf Hitler a voulu les utiliser pour véhiculer la propagande nazie en en montrant un visage rassurant, et pour démontrer la « supériorité de la race aryenne ». L’Allemagne nazie est sortie victorieuse des Jeux Olympiques de Berlin 1936 tant sur le plan sportif (première nation avec 89 médailles dont 33 en or) que sur le plan de l’organisation de l’événement. Mais la démonstration de la « suprématie de la race aryenne », tant espérée par Hitler, n’a pas été faite. Les succès remportés notamment par des athlètes noirs américains tels que John Woodruff, Cornelius Johnson ou Jesse Owens, ont beaucoup contrarié le régime nazi et son Chancelier. Jesse Owens est même devenu la star de ces JO avec 4 médailles d’or à son actif (100m, 200m, longueur et 4X100m).

Les Jeux de Berlin 1936, teintés de xénophobie et d’antisémitisme, ont paradoxalement vu naître l’un des plus beaux moments de fraternité sportive et de fair-play de l’histoire des Jeux Olympiques. Lors des qualifications pour le concours de saut en longueur, l’athlète Afro-Américain Jesse Owens rate ses deux premiers essais. Il ne lui reste alors plus qu’un essai pour espérer se qualifier pour la finale du concours de la longueur. L’athlète allemand Luz Long, grand favori de l’épreuve, s’approche alors de lui et lui confie : «Vous pouvez vous qualifier les yeux fermés, il suffit que vous reculiez vos marques ». Jesse Owens suit ce conseil, recule ses marques,  et réussit à obtenir (d’extrême justesse) son billet pour la finale. Le lendemain, jour de la finale olympique du saut en longueur, Jesse Owens réussit un bond à 8,06m au terme d’un concours très disputé et s’empare de la médaille d’or, devant Luz Long qui prend la deuxième place. L’Allemand est le premier à venir le féliciter, et lui sert chaleureusement la main sous le regard courroucé d’Hitler.

Après cette journée, Owens et Long ont noué de forts liens d’amitié. Suite à ces Jeux de Berlin, Luz long devient avocat. Lorsque la Seconde Guerre Mondiale éclate, il est nommé caporal et envoyé en Sicile. Jesse Owens reçoit en 1943 cette lettre de Long : « J’ai la sensation que celle-ci sera ma dernière lettre, donc quand tu retourneras en Allemagne, une fois la guerre finie, va voir mon fils et dis-lui qui était son père, je t’en prie, Jesse, raconte-lui comment deux hommes, sur cette terre, peuvent être amis ». Blessé lors du débarquement allié en Sicile, le 10 juillet 1943, il meurt 3 jours plus tard à l’âge de 30 ans. A titre posthume et en récompense de son fair-play, Luz Long a reçu la médaille Pierre de Coubertin.

 

Publicités

One response to “Luz Long : un conseil qui vaut de l’or

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :