Kareem Abdul-Jabbar : « le plus bel athlète tous sports confondus » (Magic Johnson)

[tweetmeme source=”portraitssport” only_single=false]

Kareem Abdul-Jabbar, né Ferdinand Lewis Alcindor (ou Lew Alcindor) le 16 avril 1947 à New York, est l’un des plus grand basketteurs qu’ait connu la NBA. Évoluant au poste de pivot, il détient le plus grand nombre de points marqués en carrière, possède l’un de plus beaux palmarès de l’histoire du basket-ball et compte parmi les plus grands sportifs du vingtième siècle.

Grand par le talent, Kareem Abdul-Jabbar l’est aussi par la taille : il mesure 2m18 (comme Wilt Chamberlain dont il était un admirateur), pour 120 kg. A l’âge de 9 ans, lorsqu’il commence à jouer au basket, il mesure plus d’1m60 et à 13 ans il dépasse les 2 mètres. Le jeune Lew Alcindor forge son jeu et son caractère sur les playgrounds des ghettos noirs de Philadelphie. En intégrant la Power Memorial High School de New York, il est encadré et durement entraîné aux rebonds par Jack Donohue (futur entraîneur de l’équipe de basket du Canada) et Jay Carter. Avec l’équipe de basket de son lycée, il joue 102 matchs, en remporte 96 et marque plus de 2000 points.

Il intègre ensuite l’Université de Californie et joue pour les UCLA Bruins, entraînés par John Wooden. En trois saisons avec cette équipe (1967 à 1969), il ne perdra que deux matchs. Une fois son diplôme obtenu, il est sélectionné au premier tour de la draft et rejoint la NBA en 1969 avec le club des Milwaukee Bucks. Il a joué à Milwaukee pendant six saisons et a emmené les Bucks au titre en 1971, année au cours de laquelle Lew Alcindor, converti à l’islam, a pris le nom de Kareem Abdul-Jabbar.

 

C’est ensuite avec les Los Angeles Lakers, pour lesquels il a joué 14 saisons, que Kareem Abdul-Jabbar a écrit les plus belles lignes de son palmarès. Son association avec le meneur Magic Johnson a conduit les Lakers au titre de champion NBA cinq fois (dont quatre avec l’entraîneur Pat Riley) entre 1980 et 1988. Le géant des Lakers a pris sa retraite sportive à l’issue de la saison 1988-1989.

« A team will always appreciate a great individual if he’s willing to sacrifice for the group »
(K. Abdul-Jabbar)

Après vingt saisons de NBA, Kareem Abdul-Jabbar détient le record du nombre de points en carrière (38 387), le plus grand nombre de trophées MVP (6), le plus grand nombre de sélections aux All-Star Game (19) et bien d’autres distinctions individuelles et collectives. Guy Rodgers, qui fut l’un des meilleurs meneurs de jeu de la NBA dans les années 1960, a déclaré à son sujet « Personne ne l’a égalé, pas même Wilt Chamberlain, d’après moi », tandis que Magic Johnson estime qu’il est tout simplement « le plus bel athlète tous sports confondus ». Kareem Abdul-Jabbar est également connu pour avoir développé la technique du bras roulé (le sky hook, voir photo ci-dessous), un geste qui consiste à tirer en ramenant le ballon d’une main au-dessus de la tête et qui s’effectue le plus souvent sous le panier. Il est reconnaissable aux grosses lunettes de protection (des googles) qu’il portait en raison d’une blessure à l’œil contractée durant sa carrière universitaire.


Parallèlement à sa carrière sportive, et à la suite de celle-ci, Kareem Abdul-Jabbar est apparu plusieurs fois au cinéma. Il joue le rôle d’un des pilotes du film Y a-t-il un pilote dans l’avion ? en 1980. Son rôle le plus marquant est celui qu’il a joué dans Le Jeu de la mort en 1978, au côté de son ami Bruce Lee qui est décédé avant la fin du tournage. La scène de combat entre ces deux hommes, qui présentent un écart de taille de 50 centimètres, reste comme une scène culte du cinéma d’arts martiaux. Plus récemment, Kareem Abdul-Jabbar est apparu dans le clip la chanson Yes We Can en 2008, inspirée par un discours de Barack Obama. Il a également joué à plusieurs reprises son propre rôle sans des séries telles que Le Prince de Bel-Air, La Fête à la maison ou Scrubs.

Depuis sa retraite sportive, Kareem Abdul-Jabbar s’est impliqué dans des combats humanitaires et a monté la Skyhook Foundation, qui associe sport et éducation à travers le programme BEST (Building Education and Sports Together). Désormais âgé de 63 ans, Kareem Abdul-Jabbar souffre d’une leucémie à évolution lente depuis près de deux ans, qui ne l’empêche cependant pas de demeurer très actif. Il est toujours présent dans la sphère du basket-ball et occupe actuellement le poste de consultant spécial auprès des LA Lakers. Il participe régulièrement à des conférences et séminaires, et se bat pour une élévation à 21 ans de l’âge minimum d’entrée en NBA. Au sujet des jeunes joueurs qui intègrent directement la NBA après le lycée avec « des attitudes de rock star », le recorman du nombre de points marqués en carrière déclare : « Quand ils arrivent, ils n’ont pas la maturité physique et émotionnelle pour relever les challenges sur et en dehors des parquets. Quand je jouais, les gars devaient aller à la fac et gagner leur présence sur le parquet dans leurs études. Quand ils arrivaient en NBA, ils étaient bien plus qualifiés. »

Les stats de Kareem Abdul-Jabbar sur www.basketball-reference.com

Kareem Abdul-Jabbar sur Twitter : http://twitter.com/kaj33

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :